Actualités

Kent Nagano et l'OSM à leur meilleur

Une collaboration de Jean-Marc Gaudreau

2 avril 2012 (QIM) - En ce dernier mercredi de mars et pour une troisième fois, Kent Nagano et l'Orchestre symphonique de Montréal étaient les invités de l'Orchestre symphonique de Québec, les deux précédentes étant en mai 2007 et en janvier 2010.

Dès les premières notes de l'ouverture du "Vaisseau fantôme" de Richard Wagner, le charme a opéré et les mélomanes venus faire salle comble ont pressenti que cette soirée serait mémorable. Avec quelle précision le Maestro a dirigé ses troupes, avec quel souffle épique les cuivres ont joué! Une aventure digne des films de pirates, voilà ce que nous a offert Kent Nagano.

Le violoniste invité Vadim Repin retrouvait par la suite le Maestro dans l'interprétation du "Concerto pour violon no 2, en Sol mineur, op. 63" de Serge Prokofiev. Accordant une grande attention au lyrisme de cette oeuvre de facture plutôt classique, Vadim Repin a joué tout en finesse, sans chercher à faire étalage d'une virtuosité exagérée. La marque des grands artistes: laisser toute la place à la musique. Il fallait voir les nombreux sourires illuminer le visage de Kent Nagano pour sentir le bonheur qu'il avait de son comparse des premières heures.

Considéré comme un des plus grands violonistes du XXe siècle, on ne s'étonnera pas d'apprendre que cet enfant prodige a commencé l'étude du violon à l'âge de 5 ans et a donné son premier concert public à peine 6 mois plus tard. Depuis, il a joué avec quelques-uns des plus grands orchestres du monde et compte à son actif une abondante discographie, dont les deux concertos pour violon de Prokofiev avec Nagano à la direction. Les notes de programme mentionnent qu'il joue sur le Guarneri Del GesùBonjour de 1743.

Mais les véritables vedettes de cette soirée demeurent sans conteste les musiciens de l'Orchestre symphonique de Montréal. Avec eux, la "Symphonie fantastique" d'Hector Berlioz, véritable oeuvre phare de la musique romantique française, a brillé de mille éclats.

Que de précisions accordées aux détails, que d'attention portée à la moindre nuance, que de finesse dans les équilibres sonores... On reste stupéfait de voir à quel point les murs de la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec peuvent à l'occasion servir d'écrin à une sonorité incomparable.

Ce ne sont pas les moments d'enchantement qui ont manqué tout au long de cette oeuvre. "La scène aux champs" était empreinte d'une telle féérie sous la direction précise du Maestro, que l'on en retenait son souffle. Dommage que certains spectateurs se soient sentis obligés d'applaudir entre chaque mouvement brisant ainsi un climat de recueillement.

L'interprétation valait largement celle de bien des enregistrements recommandés. Les musiciens totalement investis ont fait prendre à "La marche au supplice" des allures hallucinantes et tout comme dans le Wagner, les cuivres ont offert des sonorités impeccables. Il a fallu attendre un long moment la dernière note du "Songe d'une nuit de sabbat" jouée, pour que la majeure partie des spectateurs, sortant enfin de transe, offre l'ovation méritée à Kent Nagano et à ses troupes. Vivement la prochaine visite.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica