Actualités

Edvard Grieg, chantre nordique

Une collaboration de Jean-Marc Gaudreau

9 juin 2007 (QIM) – L'année 2007 marque le centième anniversaire de la mort du compositeur norvégien Edvard Grieg (1843-1907). Beau prétexte pour Yoav Talmi de terminer la saison des grands concerts avec un programme dédié à ce grand musicien et comprenant notamment des extraits de la musique de scène "Peer Gynt", op. 23, une des oeuvres les plus fameuses et les plus belles de Grieg.

Peer Gynt, c'est d'abord une pièce de théâtre écrite par le dramaturge norvégien Henrik Ibsen ("Maison de poupée", "Hedda Gabler", "Les revenants "), qui fut jouée pour la première fois en 1876 sur un accompagnement musical de Edvard Grieg. La pièce relate les aventures fantastiques d'un jeune homme qui passe sa vie à fuir la réalité par le mensonge et ratera tout ce qu'il entreprendra, dans son désir de conquérir le monde.

Sur cette trame, Grieg a composé de splendides pages, dont la plus célèbre demeure "Impressions du matin" (Morgenstemming). Nombre de mélomanes connaissent cette oeuvre pour avoir entendu l'une ou l'autre des deux suites orchestrales (op. 46 et op. 55), qu'en a réalisé Grieg. Yoav Talmi a eu l'heureuse idée de nous présenter, non pas ces suites, mais 14 extraits de l'op. 23, dans leurs versions originales pour soliste, choeur et orchestre.

C'est un très coloré "Peer Gynt" que les musiciens et le choeur de l'Orchestre symphonique de Québec nous ont interprété. Contrairement à certains concerts de la saison où l'on pouvait déplorer l'arrivée tonitruante des cuivres et des percussions, Yoav Talmi est parvenu ici à un très bel équilibre sonore. Les passages que j'ai le plus aimés sont "Dans le hall du roi des montagnes", que le maestro a réinterprété en rappel au grand plaisir de l'auditoire, le "Cantique de la Pentecôte" interprété par le choeur a capella (une magnifique découverte pour moi) et surtout, surtout la "Chanson de Solveig" interprétée par une émouvante Nathalie Paulin.

La soprano invitée nous avait offert en première partie du concert, "Trois mélodies avec orchestre" de Grieg: "Le printemps" (Varen), "Un cygne" (En Svane) et "Du haut de Monte Pincio" (Fra Monte Pincio). Trois belles découvertes, qui n'ont soulevé qu'un enthousiasme tiède de la part d'un public généralement plus expressif. Et pourtant, c'est avec grâce et élégance que la diva a livré ces trois poèmes.

En début de concert Yoav Talmi avait inscrit au programme "ARTE!" du compositeur québécois Denis Gougeon. Cette oeuvre, commandée par le maestro dans le cadre des festivités entourant les célébrations du centenaire de l'OSQ, avait été créée le 28 mai 2003, lors du dernier concert de la saison.

Denis Gougeon ayant découvert que la devise des musiciens de l'ancienne Société symphonique de Québec était « Arte alitur fulgetque » (L'art est notre nourriture et notre rayonnement), s'était fixé le défi de composer une oeuvre sur ces trois mots. Le choeur a magnifiquement fait ressortir les qualités de cette cantate profane qui, loin d'être rébarbative, se veut un hommage à la passion des Québécois pour la voix et le bel canto.

Cette prestation était enregistrée par Espace musique, la deuxième chaîne de Radio-Canada, pour être diffusée ultérieurement. Une occasion pour ceux qui n'ont pu y assister de savourer par eux-mêmes les beautés de ce concert.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica