Les
Excentriques

 Les Excentriques

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Aussi connus sous The Golden Marks  
Membres de la formation Réginald Breton, Réal Deschatelets, Denis Lauzon, Léandre Racine, Florian Shields
Carrière professionnelle 1964-1967   

Malgré une carrière plutôt brève, même à l'aune des groupes de la vague yé-yé des années 60, soit un peu moins de deux ans, les Excentriques demeurent une des références instantanées dans la mémoire collective, lorsqu'il est question de cette époque flamboyante. La raison en est certainement le look particulier de ce quintette originaire de Saint-Jérôme et dont le management avait misé sur une surenchère, suite au succès des Classels, groupe aux costumes, instruments et cheveux immaculés. Les Excentriques avaient pour leur part opté pour la couleur rose, que les punks adopteront à leur tour une dizaine d'années plus tard dans un but nettement plus provocateur.

Du printemps 1965 à l'automne 1966, les cinq jeunes gens auront gravé six 45 tours et deux albums, connu quelques succès au palmarès dont deux adaptations de succès des Beach Boys et effectué une tournée de deux mois au Mexique en plus de susciter l'enthousiasme d'un public bruyant et l'incrédulité des adultes. Naturellement, la couleur choisie n'est pas sans provoquer quelques railleries auxquelles les fans du groupe répondent par un soutien inconditionnel à leurs idoles.

Sur le plan musical, l'approche du groupe est conforme au profil que l'on se fait généralement de tout groupe yé-yé qui se respecte: rythmes dansants, usage optimal de l'écho sur l'amplification des guitares, timides propositions de chansons originales, la plupart du temps pour le volet ballades de leur répertoire, et attention démesurée accordée au chanteur du groupe. Le premier 45 tours - qui s'avérera le plus marquant de tout leur répertoire - résume à lui seul ce profil: la tonitruante "Fume, fume, fume" est leur adaptation de "Fun, Fun, Fun" du groupe californien des frères Wilson, dont la version française avait d'abord été enregistrée par les Missiles, groupe européen totalement inconnu au Québec, tandis que la chanson plus sentimentale "Amour blessé" est une contribution d'un compatriote, lui-même chanteur pour la même firme RCA Victor, Rocky Messina.

La recette est utilisée à nouveau pour les disques suivants. Les reprises "Je veux, je veux", empruntée au groupe britannique The Shadows, et surtout "Aide-moi chérie" une autre pièce des Beach Boys, connaissent un très bon succès et contribuent à la performance de l'album éponyme du groupe qui paraît à l'été '65. Le quatrième 45 tours mise cette fois sur deux compositions du bassiste Denis Lauzon, "Oh chérie" et "Tu reviens vers moi", mais celles-ci étant extraites du microsillon déjà paru, le succès n'est pas au rendez-vous.

C'est le moment choisi pour lancer une rumeur qui fait le tour des médias du temps: le chanteur du groupe, Réginald Breton, se préparerait à quitter le groupe pour suivre une vocation subite comme missionnaire laïque en pays lointain! Ses admiratrices sont bouleversées et seront bientôt consolées en apprenant qu'il demeure toutefois avec le groupe pour la tournée qui vient de prendre la route. Deux nouvelles chansons inédites, collaboration du bassiste et d'un ami auteur Robert David, sont lancées avant la fin de l'année 1965 mais ne réussissent pas à faire leur marque, malgré l'excellence de la face rythmée "Je dis non, non, non".

Le début de l'année '66 marque un départ mais ce n'est pas celui annoncé. Plutôt que de s'envoler pour l'Afrique, c'est en direction du Mexique que Réginald s'embarque, début janvier, en compagnie de ses collègues musiciens. Pendant deux mois, nos hommes en rose étonnent et charment le public du pays latin, avant de revenir proposer un second album "La vie en rose". Si l'on ne retrouve aucune trace de la chanson d'Édith Piaf, le disque propose quand même huit nouvelles pièces dont quatre attirent l'oreille par un usage singulier du cabinet Leslie, habituellement utilisé comme accessoire complémentaire à l'orgue Hammond B-3. Les enregistrements de "N'y touche pas", "Loin de toi", "Ceci est mon histoire" et l'adaptation du succès spectorien "Be My Baby" innovent en filtrant par ce moyen le son de la guitare soliste, une expérimentation que les Beatles tenteront trois ans plus tard, lors des sessions de "Let It Be".

Ce retour au pays est suivi d'une nouvelle tournée Excentricités '66 avec l'équipe de Jean Grimaldi, où ils sont précédés en ouverture de spectacle par le groupe Les Rats! Un dernier 45 tours démontre un désir de renouvellement, regroupant une pièce des Mamas & Papas "L'été, l'été" (Monday, Monday) et un succès de l'artiste allemand Drafi "Le fer le marbre et l'acier" (Marmor stein und eisen britch). Malheureusement pour le groupe, le très populaire Pierre Lalonde, qui anime hebdomadairement Jeunesse d'aujourd'hui, l'émission # 1 dans le domaine de la musique pop, en grave un enregistrement concurrent qui gagne aisément la mise.

Désorientés par la tournure des événements, les cinq musiciens abandonnent leur couleur fétiche et s'orientent temporairement vers la fantaisie devant un public plus âgé mais cette formule ne rencontre que peu d'enthousiasme et, à l'expiration du contrat qui les lie au gérant Maurice Brisson, en octobre 1966, ils choisissent unanimement de ne pas renouveler.

Le groupe a participé à quelques événements de retrouvailles musicales, au fil des ans, et son répertoire s'est vu réédité à deux occasions avant sa plus récente remastérisation dans la série "Le top 30", fin 2010, où leurs 22 pièces se retrouvent avec huit titres des Gants Blancs comme compléments de programme.

Le groupe était constitué de:

  • Réginald Breton: chant

  • Réal Deschatelets: guitare, voix

  • Denis Lauzon: basse, voix

  • Léandre Racine: guitare, voix

  • Florian Shields: batterie, voix

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica