Donald
Seward

 Donald Seward

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Donald SEWARD
Aussi connu sous --  
Naissance 1944   
Carrière professionnelle Depuis 1962   

Si Donald Seward n'a pas tenu le devant de l'affiche, c'est qu'il a oeuvré pour la plus grande partie de sa carrière musicale au sein de divers groupes dont le plus connu est évidemment César et les Romains, durant la glorieuse époque de l'émission télé Jeunesse d'aujourd'hui. Si une nouvelle parution à son nom voit le jour en 2010, c'est cependant en référence à sa brève carrière en tant que musicien soliste, à la toute fin des années 60, alors que paraissaient deux albums de musique instrumentale sous le nom du claviériste.

Ayant quitté la scène musicale en 1975 pour se reconvertir à une carrière dans un domaine plus prosaïque, soit celui de l'assurance, le musicien originaire de Rouyn-Noranda n'en a pas moins mené un parcours artistique d'une vingtaine d'années. Dès l'âge de quinze ans, et malgré les restrictions dues à son statut civil - la majorité étant alors établie à 21 ans - il est un assidu des principaux hôtels du coin où il participe aux séances de découvertes de nouveaux talents. Un peu plus tard, il se joint aux Flaming Stars, le groupe de René Hamelin, un des émules locaux d'Elvis Presley. Lorsque ses confrères délaissent leur pied-à-terre de l'Hôtel Radio pour entreprendre leur vie d'orchestre ambulant, le jeune Seward est retenu en ville mais sa ferveur pour le rock 'n roll ne le quitte pas pour autant.

À l'âge de dix-huit ans, il est choisi comme musicien suppléant pour l'ensemble Dougie Day & The Gamblers, ce qui lui permet cette fois de prendre la route et de fouler des scènes aussi mythiques que celles du Coq d'Or (Toronto) et de l'Esquire Show Bar (Montréal), deux antres du R&B et du R&R. De retour en Abitibi, il se joint à quelques jeunes gens de sa ville natale, dont Maurice Bélanger et Denis L'Espérance. Cette formation, les Time Twisters deviendra bientôt Dino et les Questions.

Après deux années de contrats au mois dans diverses régions du Québec et de l'Ontario, ils se voient offrir, lors d'un engagement à Victoriaville, une occasion de graver un 45 tours par la compagnie locale, Disqu'O'Kebec de J-Alphée Gagné. L'une des faces, où Donald et Dino L'Espérance reprennent une chanson des Everly Brothers "Qui est-elle?" est identifiée à Don & Dino & les Questions. Ce n'est qu'une question de temps, quelques mois tout au plus, avant que les Questions ne gagnent la Métropole, revêtent la tunique et se métamorphosent en Romains.

Bien que d'une approche fort différente, l'expérience de ce groupe costumé leur permet de graver plusieurs disques et de recycler à l'occasion certains standards de leur répertoire rhythm 'n blues tels "Hoochi Coochie Coo" de Hank Ballard, "I Know" de Barbara George ou "Sweet Little Sixteen" de Chuck Berry.

À la dissolution de César et les Romains, en 1968, les quatre musiciens lancent un 45 tours sans succès et Donald forme bientôt un duo avec le bassiste Pierre Sidor. C'est sur Canusa que paraît le 45 tours "Non, non, non, non" / "Toi, toi, toi, toi" sous le nom de Donald et Pierre tandis que l'organiste, toujours secondé de ses anciens confrères, propose un album instrumental dans la veine des célèbres Booker T. and The M.G.'s de qui ils reprennent d'ailleurs le standard "Green Onions". "Donald Seward (l'ex-romain) à l'orgue" contient d'ailleurs plusieurs thèmes connus dont "Bumble Boogie" et "Water-melon Man" mais aussi quelques compositions de Donald: "Les doigts", "Studio B. Funk" et le lascif "Déjeuner au lit". L'album paraît sur Révolution, autre étiquette appartenant à Tony Roman .

Entre temps, le tandem Sidor-Seward se mesure à un autre volet du métier en produisant à son tour quelques enregistrements pour d'autres artistes dont La 4ième Volonté, qui proposent un "CEGEP blues" des plus réussi, Jocelyne Pascal et l'unique Pierre Perpall, réputé comme le « James Brown québécois » à cause de ses capacités élastiques sur scène. Sa chanson "Do-ré-mi-fa-soul" (une adaptation de "Sing A Simple Song" de Sly and The Family Stone) tout comme deux des titres de la 4ième Volonté ("Je ne pourrai pas" et "Je suis bien") se retrouvent en versions instrumentales sur le second album de Donald, "Donald Seward joue les plus grands succès", qui paraît quelques mois plus tard. Ces enregistrements sur étiquette Pop Apex sont les dernières traces tangibles de son implication musicale, bien qu'il continue un certain temps à monter sur scène avec les Three Much dans un bar dont il est propriétaire.

Après une éclipse de plus de trente ans, si on omet quelques reformations temporaires des Romains, Donald Seward voit sont talent de simple musicien au groove particulier reconnu par les nouvelles générations quand la maison des Disques Pluton réédite sur 45 tours (!) "Donald Seward" trois pièces tirées de ses deux albums instrumentaux, au printemps 2010.

On peut consulter la bio officielle de Donald Seward.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica