Marie-Élaine
Thibert

 Marie-Élaine Thibert

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Marie-Élaine Thibert 
Aussi connue sous --  
Naissance 1982   
Carrière professionnelle Depuis 2003   

Ne dit-on pas qu'au-delà de l'étape qui consiste à se faire connaître, le véritable défi pour un artiste de la chanson est de durer? Cela est particulièrement vrai dans le monde de la musique pop. Après trois albums parus en cinq ans, suite à sa révélation pour le moins spectaculaire devant un large public téléspectateur, Marie-Élaine Thibert est de celles qui sont là pour demeurer.

À l'instar des artistes dotés d'une voix performante, cette jeune Montréalaise d'une discrétion exemplaire fait preuve d'un talent naturel pour la chanson. Si la musique et le chant sont déjà présents dans son environnement familial, c'est surtout à l'adolescence qu'elle commence vraiment à y croire. Elle s'inscrit à quelques concours dont Cégep en spectacle qu'elle remporte grâce à son application et à son instinct d'interprète. C'est ce même instinct qui lui vaut d'attirer l'attention du jury lors des auditions pour la première cuvée québécoise de Star Académie, avec une chanson fort difficile: "La quête", un classique de Jacques Brel, à l'hiver 2003. Ce même titre la révèle un peu plus tard au grand public qui ne tarde pas à en faire sa chanteuse favorite, à l'issue du vote populaire, à quelques voix du grand vainqueur Wilfred Le Bouthillier.

Fin mars, la grande instigatrice de l'événement Star Académie au Québec Julie Snyder lui fournit l'occasion de rencontrer son idole Céline Dion à Las Vegas. Quelques mois plus tard, lors du lancement de l'album de celle-ci "Une fille, quatre types", Marie-Élaine a l'occasion de chanter en duo avec Céline une autre chanson de Brel "Quand on n'a que l'amour". Ce moment devient l'un des passages les plus émouvants de la cérémonie et marque un tournant majeur pour l'artiste.

Comme tous les autres participants à l'aventure, Marie-Élaine parcourt le Québec à l'été 2003 et se rend en France, à Châlons en Champagne, lors de la Tournée Star Académie. En décembre, elle participe sur les ondes de France 2 à un spécial télévisé réunissant une pléthore de vedettes tant québécoises que françaises. Stéphane Venne, auteur associé au succès de la célèbre émission à cause du thème "Et c'est pas fini" qui avait d'abord été chanté par Emmanuelle quelques décennies auparavant, lui écrit ensuite la chanson "Le ciel est à moi" qui sera utilisée au générique du film Le Papillon bleu de la réalisatrice Léa Pool, mettant en vedette Pascales Bussières et William Hurt.

Il lui faudra attendre avril 2004, soit près d'un an après avoir gradué de cette Académie nouveau genre, pour que paraisse enfin son premier album, intitulé simplement "Marie-Élaine Thibert". Les fans se précipitent: en quelques mois, 300 000 exemplaires seront vendus au Québec dont 66 000 au cours de la première semaine. Les auteurs Stéphane Venne, Roger Tabra, J.Kapler (Robert Goldman) et une autre de ses idoles de jeunesse, Mario Pelchat lui offrent des textes, tout comme Boom Desjardins qui crée pour elle le duo "Encore une fois". Au mois d'octobre, débute une tournée d'une centaine de spectacles dont plusieurs sont présentés à guichet fermé. L'engouement fait place au délire lorsque l'interprète remporte les Félix de l'Album meilleur vendeur de l'année et de l'Interprète féminine de l'année 2004 (titre que le public lui réserve à nouveau l'année suivante), ce dernier résultant du vote populaire.

Après s'être produite à l'occasion des FrancoFolies de Montréal en juillet, Marie-Élaine entreprend en septembre 2005 une nouvelle tournée qui la mène encore une fois aux quatre coins du Québec. Le spectacle donné le 18 février 2006 au Centre Bell, à Montréal, est enregistré et offert sous format DVD quelques mois plus tard. Début avril, les Canada's Music Awards lui décernent le Juno de l'Album francophone de l'année. Elle participe alors à quelques projets spéciaux, tels "Le temps d'une chanson de Claude Léveillée" et l'album soulignant le demi-siècle de "Quand les hommes vivront d'amour".

La jeune interprète oeuvre une partie de l'année 2006 à la préparation de son second album "Comme ça" qui sera réalisé en majeure partie par Marc Pérusse. Marie-Élaine est alimentée cette fois par les auteurs-compositeurs Michel Rivard, Paul Piché, Chris De Burgh (avec qui elle chante en duo la pièce "Loin de moi", adaptée de "Lonely Sky" par par Jim Corcoran) et divers tandems dont Luc De Larochellière /Éric Létourneau qui lui apportent deux chansons, Maurane /Daniel Lavoie et Manuel Laroche /Martin Léon, entre autres.

Sa reprise de "Pour cet amour", chanson de Jean-Jacques Debout popularisée par Monique Leyrac, devient le premier succès confirmé de "Comme ça". L'album lancé en avril 2007 comprend quelques futures pièces marquantes dont "Mon coeur n'est pas un numéro", son hymne à Piaf signé Jamil et Éric Létourneau, la profonde "Les herbes hautes" de Karine Giacomi, Éric Lehousse et Rémy Malo. Ce dernier l'amène un instant vers des pâturages plus country avec "Dans tes yeux" tandis que Marc Déry et Stéphane Laporte ajoutent une touche rythmée fort agréable pour "Oui", aux accents Motown.

Cette diversification lui sied bien et lorsque, à l'automne 2008, l'interprète propose son album "Un jour Noël", quelques pièces reflètent cet intérêt pour cette esthétique sonore. Marie-Élaine n'a pas fini de nous surprendre, et c'est tant mieux.

On peut visiter le site officiel de Marie-Élaine Thibert.