Robert
L'Herbier

 Robert L'Herbier

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Robert Samson 
Aussi connu sous Robert L'Herbier, Robert Verdier  
Naissance 1921-2008   
Carrière professionnelle 1939-2008   

Après avoir étudié pendant une douzaine d'années le piano à Québec avec Alphonse Tardif et le chant avec Isabelle Jeynevald-Mercier, Robert Samson débute en 1939 comme annonceur-chanteur à CHRC dans la Vieille Capitale. L'année suivante, il adopte le nom de scène de Robert L'Herbier et travaille comme annonceur et directeur musical à CHLT Sherbrooke.

À l'été 1941, il enregistre deux chansons de guerre, "Ton p'tit kaki" et "Sur les ailes de France" ainsi que "Rita" et "Dis-moi des mots d'amours", deux de ses premières compositions. Robert L'Herbier devient, en 1942, le chanteur vedette de la célèbre émission Les joyeux troubadours (SRC, 1941-1977) et épouse, en juillet 1945, la chanteuse et accordéoniste Rolande Désormeaux qui chante elle aussi aux Joyeux troubadours. Le couple se produit également à l'émission Fantaisie musicale (SRC, 1945). En février 1947, le duo triomphe pendant sept semaines sur la scène du Théâtre Arcade de Montréal dans la revue musicale Mon homme de Francis Carco, aux côtés de Paul Guèvremont, Germaine Giroux, Denise Saint-Pierre et Noël de Tilly. Quelques mois plus tard, Roland et Robert connaissent un succès comparable dans Mon seul amour de Pierre Wolff, sur la scène du Théâtre National.

À cette même époque d'après-guerre, Robert L'Herbier accumule les succès sur disque: "Voudras-tu" (une de ses compositions éditées en France sous le nom de Robert Verdier), "Heureux comme un roi" (plus de 35 000 exemplaires vendus, un record pour l'époque), "La polka d'amour", "Tango d'un soir", "Tout le long des rues", "Son voile qui volait" et "Destin". Son répertoire sur disques est surtout composé de chansonnettes françaises, avec plusieurs de ses propres compositions, des adaptations contemporaines de refrains folkloriques et quelques rares versions américaines. À la radio, Robert L'Herbier anime avec Lucille Dumont l'émission Le café-concert Kraft (CKAC, 1947-1950) qui remporte le trophée de l'émission de radio la plus populaire en 1947 et Madame est servie (SRC, 1949-1950; 3 fois la semaine) avec sa femme Rolande Désormeaux.

Le chanteur se voit décerner en 1946 et 1948 la médaille d'or de l'hebdomadaire Radiomonde remise à l'artiste le plus populaire. Les chansons "Fascination" et "Valse bleue" qui paraissent ce printemps-là, d'abord sur 78 tours Bluebird, sont bientôt reprises sur 45 tours RCA Victor, faisant de Robert L'Herbier le premier artiste québécois à proposer ce nouveau format discographique. Le numéro du tirage mérite d'être noté: 57-0000! En août, lui et sa femme quittent Les joyeux Troubadours pour demeurer associés à Radio Program Producers de leur ami Paul Langlais. Le 16 octobre 1948, Robert L'Herbier ouvre une boutique de disques sur la rue Bélanger à Montréal, près de Des Érables, avec le comédien Clément Latour. Avec Fernand Robidoux, il fonde en 1949 le magazine bimensuel Radio '49 qui fait la promotion des vedettes de la radio et de la chanson locale. On y trouve le premier palmarès publié dans un périodique québécois ainsi qu'un concours de la chanson destiné à stimuler la création de chansons originales québécoises. En 1950, le chanteur tient, à Sherbrooke, la vedette de l'opéra-comique Le roman de Suzon d'Henri Miro.

Robert L'Herbier et Rolande Désormeaux font leurs débuts à la télévision le 27 décembre 1953 à l'émission Showtime diffusée de Toronto par la CBC. À compter de mai 1954, ils animent la très populaire émission Rolande et Robert (SRC-TV, 1954-1959) où ils font une très large place à la création québécoise. Poursuivant plus loin cette prise de position, ils mettent sur pied avec Jean Bertrand et Jean Rafa L'amicale de la chanson (1955) qui s'occupe d'édition et de promotion de la chanson francophone. Avec la collaboration de la SRC, ils créent en 1956 le Concours de la Chanson canadienne qui reçoit, en quelques mois, plus de 1200 chansons originales, dont plus de 120 sont diffusées dans le cadre de leur émission de radio hebdomadaire à la SRC. De 1957 à 1961, l'évènement permet d'utiliser le vaste pouvoir de diffusion de la télévision pour promouvoir la création québécoise.

Robert L'Herbier met fin à sa carrière de chanteur en 1961 alors qu'il devient adjoint au directeur de la programmation à Télé-Métropole (CFTM, Montréal) où il occupe successivement les postes de directeur de la programmation (1962-1966), d'assistant-gérant (1966-1968), vice-président à la programmation et à la production, directeur de JPL Production et membre du conseil d'administration de Télé-Métropole jusqu'à sa retraite en 1985 de son poste de vice-président. Sous sa gouverne, les émissions faisant la promotion de la chanson québécoise abondent à CFTM. Après sa retraite de Télé-Métropole en 1987, Robert L'Herbier est demeuré consultant du directeur à la programmation Michel Chamberland. En 1994, il est devenu consultant à TQS puis pour le Groupe Vidéotron. De 1995 à 1997, Robert L'Herbier signe une chronique hebdomadaire dans le Journal de Montréal dans laquelle il raconte les souvenirs de sa carrière de chanteur et d'administrateur.

Le chanteur français Claude Robin a enregistré, au début des années 1950, la chanson "Pour un oui, pour un non" de Robert L'Herbier. Ce dernier a reçu au Gala des Artistes de 1967 un trophée-mention pour son apport à l'expansion de la télévision, un trophée hommage lors du Gala Métro-Star de 1989, l'Ordre du mérite de l'Association canadienne des Radiodiffuseurs en 1991 et une médaille lors du 125e anniversaire du Canada en 1992. Il fut honoré lors du gala du 35e anniversaire de fondation de Télé-Métropole en 1996.

Est paru sous forme de cahier de musique: Les chansons de Robert L'Herbier et Rolande Desormeaux: La gamme de l'amour/ Simple histoire/ Mon église/ Ma ritournelle/ Le p'tit bal du samedi soir/ La marchande de fleurs/ Notre-Dame des Amours/ Avec l'amour/ Avec son tra-la-la/ Colombe/ Guitare et Chiquita/ Feu-follet (Ed. Edmond Archambault; 1948). En collaboration avec son fils Benoit L'Herbier, Robert L'Herbier a écrit le récit autobiographique Heureux comme un roi (Montréal, 1999, Ed. de l'Homme; 225 p.). Après une première compilation, parue chez Amberola en 2000, les chansons de Robert L'Herbier font enfin l'objet d'un album de la "Collection Québec Info Musique" sur étiquette Experience, cinq ans plus tard.

Source

Ce texte biographique a été rédigé par Robert Thérien, chercheur et spécialiste de la chanson québécoise pour le compte des Disques Expérience (une division de XXI-21 Productions inc.) et actualisé par l'équipe de Québec Info Musique.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica