Céline
Lomez

 Céline Lomez

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Céline Léger 
Aussi connue sous Céline Lomez  
Naissance 1953   
Carrière professionnelle Depuis 1968   

Révélée avec sa soeur jumelle au sein du duo Céline et Liette, Céline Lomez a la musique dans le sang dès son plus jeune âge. Elle adore particulièrement les chansons et le look de la chanteuse française Françoise Hardy. Sa participation au film L'Initiation du réalisateur Denis Héroux, en 1969, coïncide avec les derniers moments du duo. La même année, Céline grave un premier 45 tours en tant que chanteuse soliste: "Mister Lou", composition de Gilles Brown et de Pierre Laurendeau

Pendant une douzaine d'années, elle mène de front les deux carrières de chanteuse et d'actrice au cinéma. On la retrouve au sommet des palmarès avec "Ce que tu veux je l'ai" qui s'avère un des succès les plus populaires de l'été 1970. Cette chanson est également liée au cinéma par sa version originale "Come And Get It", composée par Paul McCartney et interprétée par le groupe Badfinger, qui était incluse à la bande sonore du film britannique The Magic Christian.

Le succès de son interprétation donne à sa carrière dans la chanson pop un élan inespéré. Céline Lomez est élue Révélation féminine 1970, son vis-à-vis étant l'animateur et chanteur Jean Malo. Suivent à quelques mois d'intervalle les 45 tours "Sans les femmes", "Mets un peu d'amour dans ta vie", "Pardonne-moi si je t'aime" et une nouvelle composition de Paul McCartney: "Je ne sais pas pourquoi", adaptée cette fois d'une pièce instrumentale ("Hot As Sun"). Ces succès sont suivis, en 1972, de "Quatorze soleils" et "M'aimeras-tu demain", cette dernière ayant déjà connu une certaine popularité quelques années auparavant, chantée par le groupe Les Bises.

Contrairement à la plupart de ses consoeurs et confrères des années 70 ayant connu une telle moisson de succès, Céline Lomez gravera peu d'albums. Il faut dire qu'elle a bien peu de temps à consacrer aux sessions d'enregistrement, étant en forte demande pour les autres volets de sa carrière, le cinéma et le domaine publicitaire. À partir de 1972, la chanteuse amorce une période plus calme sur le plan musical, ne gravant qu'un ou deux 45 tours chaque année. Cet épisode est marqué par les sonorités d'inspiration country et cajun: son prochain succès "Pour lui, je ne suis qu'une amie" est suivi de "L'amour dans les rangs de coton" et de "Mardi gras", deux mélodies fortement imprégnées de l'ambiance typique à la Louisiane.

L'année 1974 marque un des rôles les plus importants de la carrière cinématographique de Céline Lomez: Gina du cinéaste Denys Arcand, également réalisateur de Réjeanne Padovani où elle avait tenu un rôle d'appoint. On lui offre bientôt des rôles à l'étranger, elle côtoie Ursula Andress dans L'Ultima chance, Larry Benedict dans The Far Shore, Christopher Plummer, Elliott Gould et John Candy dans The Silent Partner (L'argent de la banque). Curiosité liée à ce film: Oscar Peterson, à qui on avait confié la composition de la musique, nomme le thème destiné à son personnage "Theme For Céline" au lieu d'utiliser le prénom de son personnage Elaine.

De retour au Québec, on retrouve Céline Lomez de la distribution de la revue "Circociel" de Robert Lalonde et François Guy, aux côtés de Louise Portal, Robert Leroux, Jean Millaire et François Guy. Le disque qui en est tiré, enregistré en direct à l'Évêché de l'Hôtel Nelson, ne connaît pas le succès espéré et on retrouve l'album en solde quelques mois plus tard. Ce ne sera heureusement pas le lot de sa prochaine incursion sur vinyle: la série télévisée The Spirit Of Adventure - Night Flight, tournée pour la télévision américaine et où la comédienne joue l'épouse de Saint-Exupéry, donne lieu à un double succès signé André Gagnon, dans la veine disco: "Night Flight" et "Vol de nuit". L'album du même nom, réunissant aussi plusieurs titres antérieurs de la chanteuse, ramène Céline sur le devant de la scène musicale, après quelques années de discrétion.

Au début des années 80, la carrière de Céline Lomez se porte encore un peu plus vers l'étranger. Tandis qu'elle tourne The Ivory Ape avec le célèbre acteur Jack Palance, la production québécoise Ça peut pas être l'hiver, de Louise Carré, connaît un bon succès en... Allemagne. Céline enregistre aussi un nouvel album "Burning" à Toronto qui s'avérera son dernier avant une quinzaine d'années.

Son retrait de la vie publique coïncide avec le mariage de Céline à Jean de Brabant, époque où elle connaîtra une véritable vie de château. Pour son plaisir, la jeune femme s'initiera au piano et à la peinture, tout en dévorant des montagnes de littérature et en écoutant les grands classiques. En 1995 le nom de Céline Lomez reparaît chez les disquaires avec "Nuits d'enfer" son premier DC, réalisé par Pierre Bazinet. La chanteuse y bénéficie de l'étroite collaboration du compositeur Benoit Charest et du parolier Thierry Séchan qui signent la majorité des pièces. Cet album contient aussi "Quand tu t'en vas", une bossa de Baden Powell et de Vinicius DeMoraes traduite par Pierre Barouh ("Samba Em Preludio").

L'album ne connaît pas l'impact escompté et il faudra attendre la parution d'un disque de compilation regroupant une vingtaine de titres parus au cours de ses douze premières années de carrière, dans la collection Chapeau les filles! des Disques Mérite en 1999, pour que sa voix refasse surface auprès du grand public. À l'invitation des Éditions TVA, Céline Lomez publie en 2004, en collaboration avec Sylvie-Catherine De Vailly, son autobiographie: Pour quatorze dollars, elles sont à vous... chez leur filiale Publistar.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica