Raoul
Roy

 Raoul Roy

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Raoul Roy 
Aussi connu sous --  
Naissance 1936-1985   
Carrière professionnelle 1956-1985   

Parmi la vague imposante d'artisans québécois qui ont donné à la décennie 60 sa couleur unique, Raoul Roy demeure celui qui, avec de rares chercheurs universitaires, personnifiait le souci de prolongement de la chanson de tradition orale, qu'on disait alors folklorique. Plutôt que de reprendre les versions connues des chansons à répondre les plus courantes, il arrivait à surprendre l'auditoire en proposant des variantes régionales, d'abord héritées de sa famille puis recueillies aux Archives de folklore de l'Université Laval à Québec, et bientôt dans ses propres excursions de cueillette auprès de divers chanteurs de village rencontrés surtout dans les régions de l'Outaouais et de la Gaspésie. Parmi ceux-ci, le pêcheur Séverin Langlois de Percé, légendaire personnage mieux connu sous le nom de Ti-Loup célébré par de nombreux chansonniers.

Né en 1936, à Saint-Fabien-sur-Mer, dans le Bas Saint-Laurent, il baigne dès son jeune âge dans un monde de chansons. Ses parents et sa grand-mère sont de véritables modèles pour lui et lui transmettent un patrimoine chanté fort appréciable. Il s'oriente d'abord vers les métiers de la mer et complète ses études à l'École de Marine, à Rimouski. Parallèlement il saisit toutes les occasions de chanter, propageant à sa façon le répertoire familial. La rencontre de l'ethnologue Luc Lacoursière, en 1958, et la découverte des Archives de folklore marqueront pour lui un tournant majeur et une véritable vocation!

Il se rend en Angleterre où il étudie les différents aspects de la carrière de folkloriste et en profite pour perfectionner son jeu de guitare au Spanish Music Center. Tout en effectuant ses premières recherches sur le terrain, Raoul se produit à la radio et à la télévision britanniques. À son retour au Canada, en 1961, il entreprend ses premières collectes de chansons méconnues et anime la série d'émissions Métiers et traditions du Canada français, à la radio de Radio-Canada. Toute son activité musicale sera dorénavant orientée vers la sauvegarde et la diffusion de chansons ancestrales, dans une perspective inspirée de modèles comme Marius Barbeau et Luc Lacoursière.

Chez lui, l'intérêt pour le legs des générations précédentes se double d'une véritable passion qui le pousse à porter ses découvertes aux oreilles d'un plus large public. Le Québec vit alors une véritable éclosion de Boîtes à chansons et c'est tout naturellement que ses refrains s'insèrent dans ce mouvement d'affirmation culturelle et, dans une certaine mesure, politique. Lui-même opère une de ces boîtes, Le Pirate, dans son village natal pendant une dizaine d'années.

À l'automne 1963, il grave une douzaine de ses refrains sans âge pour la maison de disques Sélect, filiale de la maison Archambault où enregistrent plusieurs jeunes auteurs-compositeurs-interprètes tels Hervé Brousseau, Jean-Pierre Ferland ou Pierre Létourneau. L'accompagnement musical de ce premier microsillon est sous la direction de Paul de Margerie. Il répétera l'expérience l'année suivante puis à nouveau en 1966, accompagné cette fois de François Dompierre, avec la participation occasionnelle de son épouse Louise Poulin. Il participe à de nombreuses émissions télévisées où sa barbe en collier fait de lui un des principaux lieutenants de la chanson traditionnelle, avec les Cailloux, Jacques Labrecque et quelques autres.

En prévision du centenaire de la Confédération canadienne, en 1967, il s'implique à fond dans le projet du réalisateur et futur responsable de l'Encyclopédie de la musique au Canada Gilles Potvin, qui mène à la création du coffret de neuf microsillons "Chansons folkloriques du Canada - Collection du centenaire". En plus d'interpréter de nombreux titres, aux côtés de Yves Albert, Hélène Baillargeon, Édith Butler, Louise Forestier, Harry Hibbs, Charles Jordan, Tom Kines, Jacques Labrecque, Alan Mills, Diane Oxner, Jean Price, Joyce Sullivan et The Art Morrow Singers, Raoul y signe les textes de présentation qui accompagnent l'impressionnant ouvrage, réédité sur DC en 1990 sous le titre "Folklore" dans la collection Anthologie de la musique canadienne de Radio-Canada International.

S'il a cueilli plusieurs centaines de chansons sur près de trente ans, essentiellement en milieu rural, ce troubadour de la mémoire en a laissé à peine une cinquantaine sur ses enregistrements dont la plupart ont fait l'objet d'une présentation commentée dans son recueil intitulé Le chant de l'alouette, publié aux Presses de l'Université Laval en collaboration avec Radio-Canada, en 1969. Au même moment, la maison Sélect proposait l'album "Raoul Roy Vol. 4" avec Franck Dervieux à la direction musicale. Un cinquième album suivra au milieu des années 70, cette fois sous la direction musicale de Tony Romandini. Tout en répandant ses refrains séculaires aux quatre coins du Québec, Raoul Roy se fait aussi ambassadeur de notre patrimoine chanté lors de tournées en France, en Afrique et au Japon. Son propre parcours est interrompu par la maladie et il s'éteint en 1985 mais son travail demeure une référence pour plusieurs interprètes de l'héritage québécois, dont le travail de cueillette et de diffusion d'artistes comme Michel Faubert, Robert Amyot et tout le mouvement du renouveau traditionnel amorcé depuis les années 70 par des groupes comme le Rêve du Diable, la Bottine Souriante et plusieurs autres.

Son travail de cueillette de près de 800 chansons est déposé aux Archives de folklore de l'Université Laval. À l'automne 2003, à l'instigation du libraire Pierre Renaud, Louise Poulin propose enfin sur DC "Chansons traditionnelles du Québec" une première compilation de douze titres enregistrés par Raoul Roy chez Sélect, au cours des années 60.

Pour consulter les textes de chansons de cet artiste.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica