Antoine
Gratton

 Antoine Gratton

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Antoine Gratton 
Aussi connu sous --  
Naissance 1980   
Carrière professionnelle Depuis 2001   

Lorsqu'on consulte le livret d'un des albums d'Antoine Gratton, on constate qu'il est un multi-instrumentiste accompli. En plus de la basse et de la guitare acoustique qui sont ses outils de prédilection, l'artiste y fait usage d'une bonne dizaine d'instruments en plus de maîtriser les claquettes qu'il considère comme un complément percussif très efficace et de proposer ses textes teintés d'une légère ironie.

La musique et le chant sont omniprésents dans son environnement dès son enfance. À l'âge de huit ans, on le retrouve avec les Petits Chanteurs du Mont-Royal, activité qu'il poursuivra jusqu'à 16 ans. En plus d'apprendre le chant, il y acquiert une formation de base en piano. C'est toutefois la basse qui sera son premier choix à cause, dit-il, de Paul McCartney! Avant de se lancer lui-même dans la composition, il a le temps de s'intéresser au jazz et lorsqu'il se sent interpellé par la chanson, c'est inspiré entre autres par la façon de faire des Beatles, de Beau Dommage et de Beck, tout en marquant une préférence pour le groove funky qui donne un ton distinct à son tour de chant.

À partir du milieu des années 90, il joue dans différents groupes tout en poursuivant ses études. Après deux ans d'études universitaires, il décide de s'orienter définitivement vers le domaine musical et s'adonne parallèlement à l'enseignement du karaté. En 2001, il entreprend l'enregistrement de ses chansons dans un studio qu'il s'est installé lui-même, à domicile. Un ami musicien fait entendre ces prises à quelqu'un de la maison de disques Tacca qui se montre intéressée. Outre son répertoire original, il lui arrive d'interpréter des standards lors de ses spectacles et le producteur insiste pour inclure sa reprise personnalisée de "Ma blonde m'aime", succès de Pierre Bertrand à l'album alors en préparation.

C'est le décor naturel des rues de New York, lors d'un voyage dans la grande cité américaine, qui inspire le thème de la pochette du premier album d'Antoine Gratton "Montréal Motel", lancé en mai 2003, où on retrouve une treizaine de ses compositions telles "Montréal Motel", "Les filles universitaires" ou la brève "2h16" en plus de cette populaire interprétation. Le jeune auteur-compositeur-interprète entreprend alors sa première tournée québécoise, ce qui ne l'empêche pas de collaborer à plusieurs enregistrements au cours des mois qui suivent. On retrouve son nom sur les prochains enregistrements de Stephen Faulkner, Jonathan Painchaud, Véronic DiCaire et Alexandre Belliard, artistes qu'il accompagne également en tournées.

À l'automne 2005, il se replonge dans l'ambiance du studio, en compagnie d'Éloi Painchaud avec qui il coréalise son prochain opus: "Il était une fois dans l'est" qui paraît en janvier 2006. Bien qu'il se réclame à nouveau de l'esthétique Motown comme en fait foi le succès radio "Carole à gogo", le penchant naturel d'Antoine pour la touche McCartney se révèle au grand jour dans des pièces comme "Ah! que" et "Tous les jours". On remarque aussi au générique de "Il était une fois dans l'est" la participation de Ginette Ahier et Coral Egan, également co-auteures d'un titre chacune, mais également la voix de Jorane et la participation de Martin Léon à la... tambourine.

On peut visiter le site officiel d'Antoine Gratton.

Pour consulter les textes de chansons de cette artiste.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica