Yann
Perreau

 Yann Perreau

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Yann Perreau 
Aussi connu sous --  
Naissance 1976   
Carrière professionnelle Depuis 1994   

Artiste d'une indépendance farouche, Yann Perreau n'en connaît pas moins un succès important et hautement mérité, depuis la parution de son quatrième album "Un serpent sous les fleurs". Alternant entre périodes de production intense et temps de ressourcement tout aussi nécessaire à son inspiration, Yann est, à la mi-trentaine un artiste accompli sachant moduler la musique festive servant souvent de véhicule à une riche poésie. Amoureux de Beaudelaire et de Rimbaud autant que de Jack Kérouac, Jim Morrison, Richard Desjardins et John Lennon, il comprend vite que la chanson doit aussi avoir du sens.

Artiste multidisciplinaire, on le remarque surtout comme chanteur et pianiste, mais l'aspect visuel le passionne tout autant, comme dans le clip "Beau comme on s'aime". Il est par ailleurs fasciné par le monde du théâtre ou l'art du marionnettiste.

C'est au sein de Doc et les Chirurgiens qu'il s'est d'abord fait remarquer, gagnant du concours Cégep Rock en 1994.. En 1996, le groupe grave un disque et effectue quelque 250 apparitions en un peu moins de quatre ans avant de se dissoudre.

Après avoir voyagé en solitaire, dans le sud-ouest du continent, Yann Perreau se spécialise alors comme marionnettiste puis s'implique dans l'univers théâtral, avec la troupe de Pol Pelletier. On peut aussi l'entendre en solo lors de premières parties pour Daniel Boucher, Marc Déry et Jacques Higelin en 2000.

L'année 2001 donne lieu à un passage en France, puis c'est la première partie de Bori, au Coup de coeur francophone. Yann adore voyager et effectue un séjour au Pérou où il s'implique comme formateur auprès de la troupe de théâtre Vichama. Il travaille avec son complice réalisateur Gilles Brisebois à la pré-production d'un premier album. L'auteur-compositeur-interprète trouve aussi le temps de signer la musique de Casa Loma: journal de bord, film où il se voit également confier un rôle.

Lorsque paraît son album "Western romance", en 2002, les sonorités de ses douze petits scénarios font mouche, tant pour les accords spacieux du guitariste et ancien Chirurgien David Brunet que par la voix d'appoint de Annik Michel et la synergie de son équipe cosmopolite, balançant entre électro et musique à films. La modernité de sa démarche ne s'oppose nullement à la « fréquentation » d'illustres prédécesseurs pour autant: on peut y entendre la voix de Patsy Cline au détour d'une chanson, reconnaître ailleurs un riff des Beatles ou savourer une relecture trépidante de "On m'a oublié" de Richard Desjardins. L'artiste entame à peine sa tournée qui le mènera éventuellement du Québec au Mexique et à la France, que les mentions et récompenses se succèdent à un rythme étourdissant: prix Rapsat-Lelièvre accordé par l'association Québec/Wallonie-Bruxelles en avril 2003; Prix Miroir-Galaxie au Festival d'été de Québec et Prix Félix-Leclerc de la chanson, ce dernier remis au terme des FrancoFolies montréalaises, en juillet de la même année.

Son second album solo, concocté avec le concours de David Brunet et d'Éric Goulet sort en 2005. C'est d'ailleurs ce dernier qui assume la réalisation de "Nucléaire". Les chansons "La vie n'est pas qu'une salope" et "Grande brune", écrite avec Arthur H, font connaître davantage le jeune homme.

À l'automne 2007, fort d'une tournée où l'aspect intime et dépouillé, en formule trio, est favorable aux bilans, l'artiste réunit poèmes, textes de chansons, proses, calligrammes et observations notées au cours de ses voyages en un recueil intitulé Perreau et la plume. Un album témoin de cette tournée "Perreau et la lune - Live au Quat'Sous", en audio et vidéo, suit de peu.

Sensible à la démarche de Jeunes Musiciens du Monde depuis 2005, il se rend en Inde au printemps 2008 et visite notamment le nord du pays dont Jaipur, Agra, Rishikesh et Kalkeri, village où se situe l'école fondée par les frères Fortier. Une pièce de son prochain album en portera la trace sonore: "Le marcheur rapide". De retour au pays, Yann et ses complices Alex McMahon (Plaster) et Jean-Christian Aubry entreprennent la mise en forme de ce troisième disque studio dont le titre sera "Un serpent sous les fleurs", expression tirée d'un projet de chanson inachevé.

En contraste avec les ambiances plus électro de "Nucléaire" et le dépouillement de l'album en direct, le nouvel enregistrement est de facture résolument pop, affichant des relents de soul 60 dès la première pièce "Le président danse autrement" ou dans "L'amour se meurt", tandis que "Le bruit des bottes" a quelque chose de cinématographique et d'inquiétant à la fois... tout comme le boa du clip "Beau comme on s'aime", coréalisé avec l'équipe Parce que Films.

Yann s'éclate sur tous les fronts. Il adore le hockey et ne refuse jamais une nouvelle expérience. En 2008, lorsque voit le jour le projet Douze hommes rapaillés, l'équipe de production lui propose une participation au premier, puis au second disque réunissant des poèmes de Gaston Miron mis en musique par Gilles Bélanger. Les disques, comme les spectacles issus de cette aventure patrimoniale reçoivent un accueil triomphal et pavent la voie à une autre collaboration d'envergure pour cet éternel allumé à la création qu'est Perreau.

C'est ainsi qu'en 2012, un album-spectacle naît d'une collaboration hasardeuse avec le poète contre-culturel Claude Péloquin intitulé "À genoux dans le désir" où Perreau donne une texture sensuelle et audacieuse aux textes décoiffants de l'auteur de "Lindberg" et de la phrase énigmatique sculptée à même l'oeuvre de Jordi Bonnet sur un mur du Grand-Théâtre de Québec.

On peut visiter le site officiel de Yann Perreau et sa boutique virtuelle.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica