Rock et Belles Oreilles

  Rock et Belles Oreilles

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Aussi connus sous RBO  
Membres de la formation André Ducharme, Bruno Landry, Guy A.Lepage, Yves Pelletier
Carrière professionnelle 1981-1995   

Plus que tout autre groupe depuis les Jérolas, Rock et Belles Oreilles sont dès le départ les humoristes les plus musicaux de leur génération. Ou peut-être devrait-on dire les mélomanes les plus décapants, car c'est autour d'une idée d'émission musicale que cette bande d'étudiants en communication de l'UQAM (Université du Québec à Montréal) allait donner naissance à un des phénomènes médiatiques les plus marquants du dernier quart du XXe siècle. Ayant choisi la station de radio communautaire de l'est de Montréal comme lieu de stage en communications, ils y débutent ce qui est avant tout un party hebdomadaire, et qui deviendra éventuellement une carrière fructueuse, par une émission consacrée à la musique rock qu'ils émaillent de présentations de leur cru. Tous les vendredis soirs, les jeunes Montréalais à l'affût de bonne musique et d'une ambiance qui sorte des normes radiophoniques se branchent donc, à partir de l'été 1981, sur l'émission Le Rock de A à Z. Au micro de CIBL, cinq ou six passionnés un peu turbulents dont Guy A. Lepage et Richard Z. Sirois, les deux points de repère du titre de l'émission, présentent leurs pièces musicales préférées et laissent aller leur inspiration entre les refrains. Imitations et parodies diverses ponctuent leurs présentations avant de s'étendre aux séries éliminatoires de hockey puis à tout l'environnement médiatique.

L'année suivante, à l'occasion du radiothon annuel de la station, ils montent un spectacle pour le moins irrévérencieux, à la manière des défunts Cyniques mais aussi très influencés par des gens comme Monty Python, que les membres du groupe qualifient eux-mêmes d'humour extrême, plutôt que par la tradition des stand-up comics. L'émission prend de l'ampleur, la rumeur circule allègrement et deux ans plus tard, une station commerciale entre toutes, CKOI leur fait les yeux doux. En ondes de 1984 à 1986, cette nouvelle émission se partage entre les sketches, la présentation de chansons un peu moins corrosives et l'animation comme telle où il leur arrive parfois de parodier le style et le son de la station. Déjà, leur folie trouve à s'exprimer sur scène tout autant que derrière le micro. Au cours de la saison 1985, le groupe se hasarde à proposer lui-même un premier enregistrement sur 45 tours: "Ça rend rap". Les rates se dilatent et l'accueil est positif. L'année suivante, le quintuor récidive avec une chanson d'inspiration rétro, à la façon des années soixante: "Le feu sauvage de l'amour". Le ton bon enfant et l'allure vestimentaire, qui n'est pas sans rappeler le swinging London ou les ensembles asymétriques des Hou-Lops en 1966, confirment leur impact auprès du public et valent au groupe le Félix du Vidéoclip de l'année 1986.

Mais 1986 marque surtout le passage de RBO de la radio à la télévision; ils y font alterner sketches divers, parodies musicales et amorcent une série de présentations bidon sous la raison sociale Gammick International. C'est aussi cette année-là qu'ils réalisent, avec l'appui de leur gérant et ami Jacques K. Primeau, "Rock et Belles Oreilles - The Disque" leur premier album qui contient l'indéniable succès "Arrête de boire". La fin des années quatre-vingt est une époque fort productive pour le groupe. Celui-ci est omniprésent: sur scène, à la télé (d'abord au réseau Quatre Saisons puis à TVA), sur les palmarès et à nouveau sur disque alors que l'album "Rock et Belles Oreilles - The Spectacle", enregistré au Spectrum en mai 1987, reprend les 2 derniers succès du groupe en y ajoutant des pastiches de blues ("Je chante le blues", une collaboration du Capitaine Nô) et de musique heavy metal avec "Les suppositoires de Satan". Richard Z. Sirois décide bientôt de voler de ses propres ailes et se joint à l'émission des Bleu Poudre Taquinons la planète, sur une autre station. Il est remplacé par Chantal Francke qui est une collaboratrice régulière depuis les débuts du groupe.

En 1989, RBO quitte les ondes hertziennes pour se consacrer plus intensément à la scène avec le spectacle Bêtes de scène qui tient l'affiche pendant toute la saison 1990-1991. La tournée est précédée d'un nouvel album de chansons inédites, intitulé justement "Pourquoi chanter" qui leur vaut à nouveau un succès appréciable grâce aux titres "Bonjour la police" et "I Want To Pogne". L'album franchit le cap du disque d'or (50 000 copies) en seulement six semaines. Pendant quelques années, Rock et Belles Oreilles fait une chaude lutte au traditionnel Bye Bye de fin d'année de Radio-Canada, en présentant sa Grande liquidation des Fêtes sur un réseau concurrent. En 1991, une compilation de chansons extraites de leurs spectacles et de leur émission télévisée, intitulée "Anthologie du plaisir", vient marquer les dix ans d'existences du groupe.

La saison 1992-1993 est marquée d'un retour en force de RBO à la radio, sur le réseau Radio-Mutuel. L'émission devient vite la plus écoutée du temps. Encore une fois, le groupe alterne entre la radio et la télévision: en 1994, l'émission 100% Cru abat de nouveaux records d'auditoire et est suivie d'une nouvelle série hebdomadaire qui s'étale sur les deux prochaines saisons. Désirant laisser libre cours à leurs projets individuels et conscients d'avoir fait le tour du jardin, les membres de Rock et Belles Oreilles suspendent leurs activités en 1995, non sans avoir enregistré une série de téléfilms regroupés sous le titre Série B, qui est diffusée l'année suivante.

Parmi les coups d'éclat des anciens confrères de RBO, outre les différentes émissions d'humour ou de variétés auxquelles ils se retrouvent parfois à 1, 2 ou 3, on remarque Yves jouant les vampires dans le film Karmina et Bruno animant l'émission télévisée Méchant malade tandis que Guy recrée un couple plus vrai que nature avec sa comédie de situation Un gars, une fille. Ce concept connaît une carrière fulgurante et de multiples adaptations à l'étranger, au moment où André et Chantal entreprennent une revue humoristique télévisée portant sur l'actualité hebdomadaire. À l'automne 2001, on soulignait leur vingtième anniversaire de vie humoristique en lançant simultanément deux albums de compilation regroupant des sélections de chansons et de sketches audio sous les titres respectifs de "Rock et Belles Oreilles - The Tounes" et "Rock et Belles Oreilles - The Sketches". Ce dernier recueil permet aux fans de longue date de retrouver les personnages fort typés de la famille Slomeau, de Ringo Rinfret ou de Madame Brossard. Un seul regret: où sont donc passés les Bidules?

À sa dissolution, le groupe était constitué de:

  • André Ducharme: le petit
  • Bruno Landry: le gros
  • Guy A. Lepage: le beau (?)
  • Yves Pelletier: le maigre

Le groupe a aussi compté dans ses rangs:

  • Chantal Francke: la fille (1981-1994; sur scène 1987-1994)
  • Richard Z. Sirois: le moustachu (1981-1987)

On peut visiter le site officiel de Rock et Belles Oreilles.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica