Les
Cowboys Fringants

 Les Cowboys Fringants

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Aussi connus sous --  
Membres de la formation Jérôme Dupras, Marie-Annick Lépine, Jean-François Pauzé, Karl Tremblay
Carrière professionnelle Depuis 1997   

Si Rome ne s'est pas bâtie en un jour, la cowboymania est le résultat d'un vaste bouche-à-oreille, toujours actif après douze ans de pérégrinations, marquées de randonnées en banlieue, d'un "Break syndical" et de spectacles tous plus fous les uns que les autres, des deux côtés de l'Atlantique, à se laisser tenter par divers métissages et séduire par des sonorités exogènes, dans la mouvance de l'éclatement des frontières musicales.

Mais effectuons d'abord un petit retour sur leur trajectoire. Issus de la région de Lanaudière, terrain propice aux vocations musicales, ces cinq musiciens à l'humour vif et aux préoccupations à teneur sociale se produisent un peu partout en province et à l'extérieur du Québec depuis 1997. Après avoir autoproduit une cassette démo, ils se payaient un premier album complet en 1998, écoulé à un millier d'exemplaires sur les réseaux parallèles. S'étant joints à L'Empire Kerozen ils s'appliquent à la réalisation d'un DC de facture plus professionnelle "Motel Capri".

Après s'être fait connaître sur les ondes des radios étudiantes et communautaires, les Cowboys Fringants élargissent leur auditoire à chaque prestation, leur approche humoristique répondant aux préoccupations quotidiennes de bien des "Québécois de souche", fussent-ils de la "Rue Chapdelaine" ou de la "Banlieue". Leur spectacle décontracté fait la joie des partys d'étudiants comme des festivaliers qui y retrouvent une irrévérence bienvenue en ces temps de rectitude omniprésente. En 1999, leur premier grand bain de foule en fait les vedettes des fêtes de la Saint-Jean à Repentigny. L'été suivant, ils montent à l'assaut des Plaines d'Abraham lors du Festival d'été de Québec, en juillet 2000. La même année, on les remarque aussi aux Francouvertes et à l'occasion du gala de l'Initiative Musicale Internationale de Montréal (les MIMI)!

Parcourant la plaine et les montagnes du Québec où ils dérident l'auditoire tout en ciblant les travers d'une société trop confortable et souvent indifférente, les Cowboys Fringants se font progressivement connaître d'un plus grand nombre de leurs concitoyens et joignent la maison de disques La Tribu en 2001. Celle-ci réédite aussitôt "Motel Capri", ainsi que leurs premiers enregistrements autoproduits sous le titre "Enfin réunis". Au même moment, les cinq musiciens retournent en studio et donnent naissance aux chansons de leur troisième album "Break syndical" qui voit le jour en mars 2002.

De plus en plus en demande pour leur présence énergique et déjantée, les Cowboys Fringants décident de continuer le party en gravant pour leurs fans l'ambiance unique de leur spectacle lors de passages au Spectrum et au Métropolis, en décembre 2002. En 30 chansons, 5 vidéoclips, 9 prestations filmées en spectacle et un documentaire peu banal, le CD/DVD "Attache ta tuque!" est lancé lors d'un spectacle-surprise du groupe, en mai 2003. En seulement une semaine, le triple album grimpe aux palmarès et s'avère la surprise de l'été. Le groupe reprend aussitôt la route et compte parmi les invités spéciaux lors des rassemblements annuels que sont la Fête nationale du Québec, Woodstock en Beauce et le Festival d'été de Québec.

Entre temps, des fans européens se passent le mot et il se forme un premier noyau d'inconditionnels des Cowboys en France. Ces Cousins Fringants entretiennent une communication avec le groupe via internet. Au Québec, le groupe est adopté de façon presque inconditionnelle par les moins de 35 ans, ce qui nous place devant un véritable phénomène, d'autant plus que les honneurs (Félix de l'Album alternatif de l'année au gala de l'ADISQ 2002, du Groupe alternatif en 2003, puis du Groupe de l'année en 2004, MIMI du meilleur spectacle pour leur passage au Centre Bell) ne semblent pas altérer leur franc-parler et leur inspiration.

Au printemps 2004, les fans français ont enfin l'occasion de les accueillir en personne lorsque le groupe débarque à l'Élysée Montmartre où il fait salle comble, en avril. Cette année marque aussi le début de la distribution officielle des albums des C.F. en France.

S'accordant une période de répit pour la préparation de leur cinquième album, ils peaufinent leurs nouvelles chansons et n'en sont que plus convaincants lorsqu'ils présentent "La grand-messe" en novembre 2004. L'équilibre toujours présent entre l'impulsion festive ("Symphonie pour Caza", "Camping Ste-Germaine") et le constat politique ("8 secondes", "Lettre à Lévesque") trouve cette fois son complément du côté de l'émotion pure avec les touchantes "Ma belle Sophie" et "Les étoiles filantes".

L'ardeur des fans d'outre-Atlantique ne dérougit pas et les Fringants sont de retour en France pour 4 concerts en mai 2005 dont une participation au spectacle de Robert Charlebois au Zénith le 20 mai. Le contact est maintenant continu. Une tournée est organisée pour novembre et l'expérience se répète l'année suivante: le groupe se produit deux soirs au Bataclan en avril 2006 et effectue une tournée de festivals au cours de l'été. Au Québec, l'engouement est le même. La "Grand-messe" est part en tournée et remporte un succès plus grand encore que la précédente. Après deux ans de route, les prestations des 21 et 22 décembre 2006 sont l'objet d'un nouvel album "Au Grand Théâtre de Québec". Tout comme "Attache ta tuque!" et "Centre Bell 31 décembre 2003", celui-ci confirme toute la force du groupe sur une scène. 2006 marque aussi la mise sur pieds de la Fondation des Cowboys Fringants, un organisme à préoccupations environnementales.

Et la scène, ils en mangent. De retour en France au printemps 2007, ils y visitent treize villes et font une nouvelle halte à l'Élysée Montmartre où ils remplissent la salle deux soirs d'affilée. À l'été, de nouveaux festivals s'ajoutent à leur feuille de route.

À leur retour, les membres savourent une pause bien méritée. Tandis que Marie-Annick Lépine concocte son projet solo "Au bout du rang" et que le batteur Dominique choisit de réorienter son parcours, leurs collègues s'affairent à de multiples activités dont la composition de nouvelles pièces. Lorsque le groupe s'apprête à reprendre les cordeaux, à l'été 2008, on constate qu'il y a suffisamment de matériel intéressant pour remplir deux albums. Après avoir jonglé avec la possibilité d'un double lancement, la décision est finalement prise de procéder par étapes: un premier volet "L'expédition" est lancé à l'automne, en France comme au Québec, tandis que "Sur un air de déjà vu" le sera quelques mois plus tard. En février 2009, le quatuor retourne en France pour une nouvelle tournée dont trois soirs sont déjà confirmés à guichet fermé à l'Olympia et voit son horaire se remplir pour l'année qui vient. Pas reposante, la vie de Cowboys!

Le groupe est constitué de:

  • Jérôme Dupras: basse, contrebasse, guitare électrique, batterie, banjo, voix
  • Marie-Annick Lépine: violons, accordéons, violoncelles, mandoline, piano, synthétiseur, claviers, métallophone, flûtes traversières, percussions, banjo, flûte à bec, guitare, mélodica, gousli, voix
  • Jean-François Pauzé: guitares, harmonica, boîte à rythme, voix
  • Karl Tremblay: chant

Le groupe a aussi compté dans ses rangs:

  • Dominique Lebeau: batterie, percussions, ocarina, xylophone, cabasa, grelots, darbouka, tambourine, boîte à rythme, piano, guitare électrique, blocs, tambour basque, guiro, orgue, maracas, cloche à vache, gong, voix (1997-2007)

On peut visiter le site officiel des Cowboys Fringants et celui de La Fondation Cowboys Fringants.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica