Lara
Fabian

 Lara Fabian

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Lara Crokaert 
Aussi connue sous Lara Fabian  
Naissance 1970   
Carrière professionnelle Depuis 1989   

Comme l'exprime une des chansons de son neuvième album, il est tout à fait possible de faire "Le tour du monde" en chanson. La chanteuse d'origine belge Lara Fabian est en voie de relever ce défi en combinant, tout comme Céline Dion, une carrière américaine à celle déjà fort satisfaisante qu'elle mène dans la francophonie, tant en Europe qu'au Québec où la chanteuse s'est établie au début des années 90. D'ailleurs, elle rappelle la devise de sa patrie adoptive sur l'album "9" où la dernière pièce porte le titre "Je me souviens". Profitons-en pour jeter un coup d'oeil sur l'itinéraire de la jeune dame.

Dès les premiers instants de sa vie, celle-ci semble destinée à connaître une vie entourée de musique et de rêve. Ses parents la prénomment Lara, un nom emprunté à la chanson et au personnage central du film Docteur Jivago. Son père est guitariste pour la chanteuse Petula Clark et lui fait amplement bénéficier de ses talents, tout en lui insufflant le goût de la chanson. À 8 ans, on lui offre en cadeau un piano, ce qui lui permet de composer ses premières mélodies. Un peu plus tard, elle choisira le nom de Fabian, qui rappelle une actrice alors très adulée et pour qui la jeune fille a beaucoup d'admiration.

Adolescente, elle rate rarement une occasion de se produire en public, jusqu'à ce jour de 1988 où elle participe à la finale du concours Eurovision. Elle y défend les couleurs du Luxembourg et remporte le quatrième prix… à quelques points d'une autre candidate appelée à devenir elle aussi très célèbre: l'étoile montante Céline Dion. Elle enregistre à ce moment ses premiers 45 tours et, à l'invitation de Franck Olivier, elle se rend bientôt au Québec pour y effectuer une tournée de promotion. Elle y établit domicile, en compagnie de son conjoint et producteur Rick Allison, et y lance bientôt un premier album intitulé simplement "Lara Fabian". Les chansons "Je sais", "Le jour où tu partiras" et "Je n'arrêterai pas de t'aimer"", que lui a offertes l'auteur-compositeur québécois, tournent beaucoup à la radio et la font connaître et apprécier du public québécois avec qui elle établit rapidement une forte complicité. Décidée à y faire carrière, la chanteuse demande et obtient la citoyenneté canadienne en 1992.

Son deuxième album "Carpe diem", paru à l'automne 1994, dépasse toute espérance et place trois chansons en tête des palmarès: "Tu t'en vas", "Si tu m'aimes" et "Leïla". Les trois textes portent la signature de Lara, comme pour la majorité de son répertoire. L'année suivante, elle reçoit deux Félix au gala de l'ADISQ, soit pour l'interprète et le spectacle de l'année. Lors d'un séjour en France, en janvier 1996, elle est invitée à se joindre au créateur de la chanson "Je suis malade", Serge Lama, lors d'un concert que celui-ci donne au Palais des Congrès de Paris. Un peu plus tard, elle est choisie pour interpréter la voix d'Esmeralda dans la version française du dessin animé Le bossu de Notre-Dame, réalisé par les studios Disney. Son interprétation figurera finalement sur l'album officiel, au côté de la version anglophone que chante Bette Midler.

En octobre de la même année, elle met sur le marché un nouvel album qui a pour titre ce seul mot: "Pure". Plus que tous les autres, celui-ci l'impose des deux côtés de l'Atlantique et lui vaut, l'année suivante, un Félix ainsi que deux nominations dans la course aux Juno Awards. En France, où l'album n'est disponible qu'en juin 1997, elle se voit offrir le trophée Victoire de la Révélation de l'année au mois de février 1998, tandis que le magazine Paris Match la choisit Personnalité révélation de l'année. Pendant ce temps, les chansons "Tout", "Je t'aime" et "Humana" s'imposent à l'échelle de la francophonie.

Lara entreprend alors une immense tournée au Québec et en Europe, tournée au cours de laquelle elle participe au spectacle des Restos du coeur où elle interprète en duo avec Johnny Hallyday "Requiem pour un fou". Celui-ci l'invite à répéter l'expérience lors de son spectacle d'automne, présenté à quelques reprises au Stade de France devant un total d'un quart de million de spectateurs. Ce moment de grande émotion est inclus, quelques mois plus tard, dans son album "Lara Fabian Live" qui s'avère son dernier dans la langue de Molière, avant le nouveau siècle. Au même moment, elle se prépare fébrilement à donner à sa carrière la dimension américaine et planétaire qui lui fait grande envie. Pour ce faire, rien n'est laissé au hasard: de fréquents voyages aux studios américains de la firme Sony vont en effet lui permettre de lancer un premier album en anglais, à l'été 1999. Celui-ci contient entre autres une adaptation du célèbre "Adagio" de Tomaso Albinoni et le succès "I Will Love Again". Sa production au pays de l'Oncle Sam inclut également quelques enregistrements pour le cinéma: "For Always" en duo avec Josh Groban pour Steven Spielberg (A.I. - Artificial Intelligence) et "The Dream Within" qu'on retrouve dans le film d'animation Final Fantasy.

Elle ne néglige pas le volet francophone de sa carrière pour autant et propose sur son prochain album "Nue" des collaborations de Daniel Seff, Daniel Lavoie et Mauranne. Cette dernière interprète d'ailleurs "Tu es mon autre" en duo avec Lara. Alternant ses séjours des deux côtés de l'Atlantique, Lara enregistre un de ses spectacles "En toute intimité" sur disque et sur DVD avant de revenir à l'attaque du marché anglophone avec "A Wonderful Life", en juin 2004. Est-ce dû à une déception personnelle, à la conjoncture politique de nos voisins du sud, ou simplement à l'inspiration de son nouveau collaborateur Jean-Félix Lalanne, mais le ton change sur l'album suivant. Une chanson comme "Les homéricains", qu'elle y chante en duo avec Mélissa Mars, délaisse l'image de vie merveilleuse pour se faire plus critique. Même le ton musical devient plus rugueux sur ce titre que Lara cosigne avec Lalanne, tout comme le reste de l'album. La belle n'en délaisse pas la douceur pour autant puisque "La lettre", "Il ne manquait que toi" ou "Speranza" sont toujours aussi romantiques, sans oublier "Je me souviens" à laquelle nous ne pouvons être insensibles, bien entendu. De plus, l'iconographie de "9" s'inscrit en parfaite continuité avec celle de "Nue", ce que personne ne songerait à lui reprocher, le tout relevant du meilleur goût!

On peut visiter le site officiel de Lara Fabian.

Link: cartier love bracelet replica| Giuseppe Zanotti replica| hermes bracelet replica|cheap prom dresses|cheap prom dresses|cartier love bracelet replcia|Christian Louboutin replica