Stéphane
Venne

 Stéphane Venne

  • Parcours
  • Discographie
  • Oeuvres

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Nom véritable Stéphane Venne 
Aussi connu sous --  
Naissance 1941   
Carrière professionnelle Depuis 1964   

S’intéressant à la chanson depuis sa prime jeunesse, Stéphane Venne fait son apprentissage de la composition en jetant sur papier ses préoccupations d’adolescent. À la fin des années 50, il se trouve de nouveaux modèles chez les Bozos, première cellule de créativité regroupée dans le paysage chansonnier québécois. Il collabore épisodiquement avec divers interprètes et grave lui même trois albums, à titre d’auteur compositeur interprète, entre 1964 et 1967. Une de ses chansons, "Tu es noire", mise en musique par François Dompierre et interprétée par Renée Claude, est couronnée au Festival du Disque de 1966. Quelques mois plus tard, sa composition "Un jour, un jour" est choisie parmi plus de 2 000 oeuvres, d'auteurs provenant de 35 pays différents, dans le cadre d'un concours visant à désigner la chanson thème qui doit assurer la promotion d’Expo 67, cet événement qui attirera des visiteurs du monde entier à Montréal, l’été suivant. Pas moins d’une dizaine d’interprétations différentes de cet hymne à la fraternité universelle et de sa version anglophone "Hey Friend, Say Friend" se partageront le classement des palmarès pendant toute la durée de l’événement; les plus remarquées seront celles de Donald Lautrec et de Michèle Richard.

Tout en travaillant à ses propres créations, l’auteur écrit plusieurs adaptations de chansons qui se sont illustrées sur les palmarès internationaux, dont celles des Beatles: "Penny Lane" pour les Sinners, "And I Love Her/Et te voilà" ou "If I Fell/Et je t’oublierai" pour Renée Claude, notamment. L’été 67, le temps des fleurs et de l’amour, sont pour lui l’amorce d’une série sans précédent de succès reconnus autant dans le domaine populaire que chez les adeptes d’une chanson plus littéraire. Le tournant des années 60 et 70 voit des dizaines de ses créations se glisser en bonne position sur les ondes québécoises et parmi les succès de vente des disquaires. Ses interprètes fétiches sont alors Isabelle Pierre ("Les enfants de l’avenir", "Heureuse", "Le temps est bon"), Emmanuelle ("Le monde à l’envers", "Et c’est pas fini") et, bien sûr Renée Claude ("C’est notre fête aujourd’hui", "Le tour de la terre", "Le début d’un temps nouveau", "Tu trouveras la paix", "La rue de la Montagne"). À la même époque, en 1971, l’auteur produit pour l’animateur vedette Pierre Lalonde, un microsillon complet "Inouik" qui sera un des albums méconnus mais non moins importants de cette phase turbulente du pop québécois. La surprenante finale "Mon chemin sous les arbres" et le succès "Attention, la vie est courte" sont à peu près tout ce qui survivra de l’expérience.

Après avoir été quelque temps en charge de la production chez Barclay Canada, Stéphane Venne fonde sa propre maison de disques et d’édition, Sol7 (Solset) en 1972. Il reprend alors une sélection de ses mélodies les plus connues en version instrumentale, sous le titre "Dix chansons orchestrales" et, l’année suivante, crée le thème de "La Superfrancofête" qui se tient à Québec à l’été 1974. En 1976, il est co-fondateur de la station de radio CIEL-FM puis est élu président de la CAPAC (qui allait plus tard donner naissance à la SOCAN). Impliqué à divers niveaux dans l’organisation du milieu musical, il délaisse progressivement la composition. Ses dernières réalisations sont le coffret "Musique du Québec", en 1979, où on retrouve une centaine de chansons populaires québécoises reprises en version instrumentale et, quelques années plus tard, le thème musical de l’événement Québec 84, enregistré par Pierre Bertrand et Francine Raymond. Entre ces deux commandes, il aura connu une nouvelle fois les honneurs du palmarès en 1981 avec la chanson thème du film Les Plouffe, "Il était une fois des gens heureux", portée par la voix de Nicole Martin. À partir de ce moment, Venne cesse ses activités musicales pour d’autres domaines d’activité. Il est invité à joindre le monde diplomatique au milieu des années 90, occupant le poste de délégué culturel du Québec à Paris puis, à son retour, il devient directeur des communications à la Communauté urbaine de Montréal.

Reconnu par le milieu comme l’un des meilleurs artisans de la chanson populaire à partir de la fin des années soixante, Stéphane Venne doit être considéré comme l’un des auteurs compositeurs les plus prolifiques du Québec contemporain avec des mélodies accrocheuses et inventives et des textes qui collent parfaitement à son époque audacieuse et libertaire. Après une vingtaine d'années d'absence du milieu de la chanson, l'auteur-compositeur revient au premier plan de l'actualité en 2003. Suite à l'utilisation de la chanson "Et c'est pas fini" comme thème de la première saison québécoise de l'émission-concours Star Académie, il se voit propulsé à nouveau dans le tourbillon de l'activité musicale. On l'invite notamment à présider le jury des Miroirs du Festival d'été de Québec. Il compose la chanson thème du film Papillon bleu, que chante la lauréate Marie-Élaine Thibert puis écrit de nouveaux textes pour quelques artistes dont Patrick Zabé avant de se voir célébré à son tour lors d'un spectacle-concept à l'occasion de l'édition 2004 du même Festival d'été.